lundi 16 octobre 2017

Pour boire le bouillon quand ça vous arrange et éviter de gaspiller en prime!

Depuis ce matin, j'en entends beaucoup parler à la radio: c'est la journée contre le gaspillage alimentaire.

A mon humble niveau, j'essaye de moins gaspiller depuis déjà un moment. Je fais partie de cette génération qui a connu à la fois la folie de consommation des années 60 et suivantes, et les habitudes économes de ceux qui avaient connu la guerre de 39-45. C'est donc peut être moins difficile pour moi de perdre quelques mauvais habitudes que pour les plus jeunes qui ont connu surtout les facilités d'approvisionnement du frigo.....

D'accord, c'est surtout au niveau de la production et de la vente que des efforts doivent être faits, mais à la maison, on peut contribuer et ça nous fera faire des économies en prime....

Par exemple, j'ai trouvé un truc sur internet que je mets en application depuis plusieurs moi....que la personne qui a publié ça sur Facebook m'excuse mais je n'en ai pas retrouvé l'origine.


Sympa ce petit bouillon en cours de cuisson, non?....étant donné le contexte de l'article, vous vous direz tout de suite: Je sais! ce sont des épluchures!....eh oui! 

On voit ça de plus en plus, je viens même de le lire dans le dernier livre de Marie Chioca, mais l'astuce en plus, c'est d'avoir un sac à congélation et d'y mettre au fur et à mesure les épluchures, les feuilles un peu moins belles, les trognons, les queues de persil....enfin, tout ce que vous voulez (ou presque...) et quand il est plein, on met tout dans une marmite, on couvre d'eau et on laisse cuire. 

J'ai compté environ 30 minutes à partir de l'ébullition et je n'ai pas salé, pour pouvoir le faire plus tard, quand je l'utilise dans une recette. Comme ce rôti de porc.

Ensuite, une passoire et voilà....

D'accord, vous n'aurez peut être pas l'utilité immédiate de plusieurs litres de bouillon, mais il suffit de le congeler en portions que vous utiliserez au fur et à mesure de vos besoins....

2 conditions: que les légumes soient bio, car un bouillon de pesticide, ce n'est pas top....et que vous les laviez car un bouillon à la terre, ce n'est pas terrible non plus.

Vous aurez juste l'inconvénient avec cette méthode de devoir répondre à des questions du genre: "C'est quoi ces machins dans le congélo?"

D'autres idées de recyclage? tapez "restes" dans l'outil de recherche en haut et à droite.

Vous pouvez aussi aller chez Ciorane, La cuisine de quat' sous, elle propose tous les mois une rubrique" La cuisine des restes " qui partage les idées qu'on lui envoie.

Pour recycler, il faut d'abord avoir cuisiné....et acheté de quoi le faire....en quantité raisonnable....promis, je vais essayer de faire des efforts là aussi....si, si....





vendredi 13 octobre 2017

Octobre est toujours rose....

Comme chaque année, octobre est rose. 

Pour certains, c'est une jolie couleur, pour d'autres un peu gnangnan....mais en octobre, c'est juste pour rappeler que le cancer du sein est toujours une saleté et que ce serait bien de se faire dépister pour éventuellement se faire soigner quand on a le plus de chances que ça devienne juste un mauvais souvenir.

D'accord, on peut trouver ça un peu astreignant tous ces dépistages....la mammo, le frottis, le coup d'oeil du dermato ou le caca par la poste ( si, si...après 50 ans...)....mais ça prend finalement assez peu de temps...
Certains disent que ce n'est pas utile car on en dépiste trop.....mais je me dis que je préfère encore qu'on me retire un petit truc léger ou qui s'avère bénin  (même si je flippe à mort le temps des résultats....) plutôt que de m'entendre dire: désolée Madame, on l'a pris trop tard....

En attendant, je vous offre un peu de rose...facile à bricoler si vous manquez de temps, comme ça vous en aurez plus pour vous occuper de vous ou rappeler à votre entourage que le dépistage peut être utile...




Mousse de fromage blanc aux framboises:

  • Environ 200g de framboises surgelées
  • 2 c à s de sirop d'agave
  • 1 feuille de gélatine (facultatif, mais ça "tient" mieux)
  • 300g de fromage blanc
  • 200g de crème fraîche liquide
  • 30g de sucre glace
Mettre les framboises dans une casserole, les amener à ébullition puis les verser dans une passoire au dessus d'un bol. Presser pour récupérer environ 150ml de coulis.

Faire tremper la feuille de gélatine dans de l'eau froide.

Sucrer le coulis avec le sirop d'agave (gouter pour adapter le sucrage à votre goût). Ajouter la feuille de gélatine bien égouttée et laisser refroidir.

Monter la crème bien froide en chantilly, avec le sucre glace. 

Mélanger le fromage blanc, le coulis et la chantilly, répartir dans des verres et laisser au moins 3 heures au froid.

Vous trouverez sur les blogs plein d'autres recettes roses. Vous pourrez les utiliser pour votre plaisir ou pour entamer la conversation sur le sujet....(un petit clic sur l'image...)


Si vous prévoyez ça au dessert....ces verres roses devraient vous aider!


lundi 9 octobre 2017

Des muffins pour de délicieuses chocolatines....

Internet est un outil parfois divertissant, parfois instructif, parfois utile, parfois intrusif, parfois indiscret, mais parfois aussi, c'est un outil de rencontre.

Non, je ne parle pas de sites de rencontres.....je parle des blogs!

Depuis que j'ai commencé à écrire sur celui ci, il m'a permis des rencontres souvent virtuelles, mais quelquefois réelles et ça a toujours été un bon moment.

Cette fois, j'ai pu faire la connaissance de Docteur Chocolatine, dont je suivais les tribulations familiales et certaines recettes, du moins celles qui étaient à ma portée car en pâtisserie elle a un savoir faire que je ne possède pas. Après quelques échanges sur le net, comme elle est venue s'installer tout près de Lille, on ne pouvait pas manquer une vraie rencontre.

Et quand on va goûter dans une famille où 4 petites filles adorent le chocolat, on ne peut arriver les mains vides!




Muffins aux 2 chocolats:

  • 240g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1 grosse c à s de cacao
  • 1 pincée de sel
  • 100g de sucre en poudre
  • 100g de beurre fondu
  • 2 oeufs
  • 100g de chocolat au lait
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, le sel, la levure et le cacao.

Battre les oeufs, ajouter le beurre fondu et refroidi, battre à nouveau et verser sur les éléments secs. Mélanger sans trop insister.

Sur une planche, avec un bon couteau, couper le chocolat au lait en morceaux irréguliers et les mélanger à la pâte.

Répartir celle ci dans une douzaine de moules à muffins, et cuire environ 25 minutes à 180°.


J'étais un peu inquiète en les apportant, car mon four m'avait joué un petit tour. Quand j'allume la lumière intérieure pour voir où en est la cuisson, il reste en pause dans le programme choisi, en attendant que j'appuie sur OK.....vous imaginez bien que j'ai pensé à autre chose et ce n'est qu'après une dizaine de minutes que je me suis rendu compte que tout était arrêté et que mes petits muffins desséchaient tranquillement dans un four en traine de refroidir.

En relançant la cuisson, j'ai un peu improvisé sur le temps restant et ils me semblaient un peu moins moelleux que je l'espérais....

Mais j'ai été vite rassurée.....car pendant que Dr Chocolatine et moi papotions une tasse de thé à la main, j'ai pu voir que les demoiselles avaient l'air de les trouver très à leur goût!

Ce n'est pas forcément facile de s'adapter dans une nouvelle région, mais j'espère que toute la famille va apprécier une fois que la mise en route un peu compliquée sera derrière. Comme on dit chez nous, le Nord tu brais quand t'y arrive et tu brais quand t'en repars.....(je vous passe l'accent....et précise que braire veut dire ici pleurer....)  

mercredi 4 octobre 2017

De saison, sans l'être, tout en l'étant....

Autant dans la vraie vie que sur le blog, j'essaie de ne faire que des recettes aux produits de saison. Mais si vous même essayez de faire vivre un blog, j'imagine que vous savez comment ça se passe.

Je précise quand même: à part quelques personnes très très organisées ou très professionnelles, on cuisine, on prend des photos, on mange.....et parfois on oublie....alors quand on retrouve la photo dans les archives (si, si, on a forcément des archives...) dans le pire des cas, on ne sait plus trop avec quoi on l'avait fait.....au mieux, on se rend compte que certains ingrédients de sont plus tout à fait de saison.

Alors, on peut attendre quelques mois pour publier (ça m'arrive parfois, je l'avoue) ou se dire qu'en fait on peut remplacer facilement un truc par un autre mais que la recette peut conserver un certain intérêt quand même.

Cette fois, je prends la 2ème option.


C'est une tourte aux feuilles de bricks, farcie à la truite fumée. 

Le pourpier qui l'accompagne sur la photo se trouve plutôt au printemps qu'en octobre. Mais vous pouvez utiliser la salade que vous voulez, de la mâche par exemple.

A l'intérieur, j'avais utilisé (en juin dernier) des échalotes nouvelles. Des vieilles feront l'affaire. Des herbes fraîches du jardin sont aussi dans la farce. Ici j'en ai encore certaines car il n'a pas vraiment fait froid et si vous décidez de faire la recette en décembre, on trouve en surgelé un choix assez conséquent d'herbes. 

Alors voilà comment a été faite la tourte que vous voyez, mais n'hésitez pas à faire fonctionner votre imagination.

Ma recette:

  • 8 feuilles de bricks
  • un peu d'huile d'olive
  • 4 tranches de truite fumée
  • 2 oeufs
  • 1 yaourt grec (égoutté depuis la veille dans une passoire)
  • 1 c à s de mascarpone
  • 2 échalotes nouvelles
  • herbes variées, ici: persil, estragon, aneth
  • zeste d'1/2 citron bio
  • 5 baies moulues
La veille, mettre le yaourt dans une passoire recouverte si possible d'un linge fin, ou d'une compresse dépliée, et laisser égoutter toute la nuit.

Couper la truite fumée en petits morceaux.

Nettoyer et émincer les herbes, ainsi que les échalotes (y compris le vert).

Mélanger le yaourt et le mascarpone avec les oeufs battus, ajouter le zeste, les herbes, les 5 baies moulues et les morceaux de truite.

Dans un plat type moule à manqué, déposer successivement 4 feuilles de brick préalablement huilées au pinceau. Etaler la farce à la truite puis huiler les 4 autres feuilles et les poser au dessus. Remonter bien sur les bords du moule.

Cuire environ 25 minutes au four préchauffé à 180°.




Vous pouvez donc maintenant bricoler ce que vous voulez sur la même idée. Le yaourt et le mascarpone correspondaient au contenu de mon frigo à ce moment là, mais vous pouvez aussi utiliser de la ricotta, ou du fromage blanc. Il faut juste que ce ne soit pas trop liquide.

Vous me direz ce que vous avez inventé?

mercredi 27 septembre 2017

De l'utilité du jus et des inconvénients de sa carence...

J'aime bien les titres un peu pompeux, ils me font penser à de vieux romans ou au contraire à des articles scientifiques un peu savants comme ceux que je passe un temps fou à lire (là....vous n'êtes pas obligés de me croire sur parole!)

Bref....il sera ici question de tarte aux prunes.

Une tarte aux prunes, c'est très bon, mais ça peut très vite tourner à la soupe si vous me prenez pas quelques précautions dans leur élaboration.....quelque chose pour absorber le jus. Et tant qu'à faire, quelque chose de bon. J'ai vu des recettes qui employaient de la chapelure mais, comment dire....je trouvé ça un peu triste la chapelure.....surtout au dessert.

Le biscuit breton, lui, je le trouve plus gai!



Tarte aux quetsches et aux palets bretons:

  • 250g de farine
  • 125g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 1 c à c de sucre
  • 1 oeuf
  • un peu d'eau bien froide
  • 1kg de quetsches (ou autres prunes)
  • 6 gros palets bretons (au caramel beurre salé, c'est encore meilleur...)
  • quelques noisettes de beurre
Dans un saladier, mettre la farine, le sel et le sucre, et au centre le beurre, coupé en morceaux. 

Amalgamer du bout des doigts, comme pour une pâte sablée, puis ajouter l'oeuf et mélanger. Ajouter un peu d'eau (un peu à la fois) et mélanger à la main pour obtenir une pâte homogène, mais sans pétrir, il ne faut pas trop la travailler. La ramener en boule et l'aplatir un peu puis la mettre au froid emballée dans un film.

Pendant ce temps, couper les quetsches en 2.

Mixer ou écraser les biscuits pour obtenir une poudre.

Reprendre la pâte, l'étaler au rouleau et en foncer un moule à tarte. Si on a le temps, on peut remettre au froid 30 minutes, pour éviter qu'elle se rétracte à la cuisson.

Parsemer le fond d'environ 1/3 de la poudre de biscuits, puis ranger les demi fruits et répartir le reste de la poudre et parsemer de quelques noisettes de beurre. Si le fruits sont bien sucrés, pas besoin d'en rajouter (du sucre) mais si ils sont un peu acides vous pouvez en saupoudrer un peu avec la poudre de biscuits.

Cuire environ 30 minutes au four à 200°.



Un petit problème est possible: si vos prunes sont un peu tristounettes en jus.....c'est ce qui s'est passé avec mes quetsches. D'ailleurs, j'aurais du me méfier car je les avais préparés en tarte justement parce qu'ils me semblaient un peu farineux.

C'était bon, mais les biscuits n'ont pas été aussi absorbés que lors d'expériences préalables, où ils s'associaient divinement au jus en caramélisant un peu.

De toute façon, j'arrive un peu tard car je pense qu'on arrive à la fin des quetsches, mais il y avait encore d'autres prunes au marché, alors choisissez les mieux que moi.